L’édentation peut être évitée, mais dans certains cas, quand il est impossible d’empêcher la chute d’une dent, les adultes peuvent avoir recours à différentes méthodes préventives et curatives.

Qu’appelle-t-on « édentation » ?

Le terme semble peu commun et pourtant il désigne une pathologie assez courante chez l’adulte notamment les seniors, car il s’agit tout simplement de la perte de dents liée à l’âge et/ou à des bactéries. À l’âge adulte en effet, on assiste à une évolution de l’état de la santé buccodentaire.

L’édentation apporte des troubles au niveau de la mastication, de la digestion et de la phonation. On peut donc avoir des problèmes pour parler, pour mâcher sa nourriture, mais aussi des difficultés à digérer des aliments encore trop solides. En outre, elle peut être assez mal vécue par les personnes âgées, car elle déforme la structure faciale, creuse les joues et ravage le sourire. L’impact de la perte de dents sur les relations sociales est donc bien réel.

La prévention

L’édentation n’est pas une fatalité. Il est possible de prévenir la chute des dents en ayant accès à des soins dentaires réguliers. Le détartrage par exemple contribue à éliminer un maximum de plaques dentaires et donc un maximum de bactéries à l’origine de certaines pertes de dent.

La mauvaise hygiène buccodentaire est un facteur récurrent. En l’absence d’un nettoyage régulier et satisfaisant de la cavité buccodentaire, les bactéries s’accumulent attaquant les tissus gingivaux. Quand les tissus de soutien et de support de la dent ne remplissent plus correctement leur rôle, la dent tombe.

Il convient également de consulter régulièrement votre dentiste afin de détecter les maladies parodontales comme la gingivite ou la parodontite, dès le premier stade. Elles seront ainsi plus faciles à traiter par un expert en parodontologie.

Les soins

Quand la dent tombe, on ne peut faire autrement que de procéder à des soins dentaires réalisés par le chirurgien dentiste. Dans les pays développés, les personnes âgées édentées peuvent bénéficier d’une multitude de solutions pour pallier à une dent ou plusieurs manquantes.

Le praticien peut poser une couronne en céramique fixée sur un implant enraciné dans l’os de la mâchoire. C’est un acte chirurgical plus ou moins lourd qui se fait sous anesthésie. Il peut également choisir le bridge pour remplacer une ou deux dents voisines. Cet acte ne demande pas l’ouverture de la gencive, mais elle ne peut être réalisée que si elle s’appuie sur deux dents saines voisines. Le port d’une prothèse dentaire amovible en résine, partielle ou complète, demande un temps d’adaptation et un entretien régulier.

Le dentier a pendant longtemps été la solution unique à ce handicap majeur. Mais les progrès de l’implantologie ont permis de reconnaître l’efficacité des implants dentaires dans l’édentement total ou partiel. Toutefois, cette technique n’est pas accessible à tous. En effet, les personnes diabétiques ne peuvent pas l’utiliser en raison de leur difficulté à cicatriser. Les personnes qui ont des maladies cardiaques ou des cancers en évolution devront choisir d’autres solutions moins invasives.