A chaque maladie parodontale, son traitement. Cependant, les gestes préventifs sont toujours les mêmes, que ce soit des gencives douloureuses ou un déchaussement prématuré. Pour mieux soigner ces pathologies, nous vous proposons un tour d’horizon des traitements possibles.

Les traitements non invasifs

Pour résumé, ce sont les traitements non chirurgicaux qui vont aider à guérir la gingivite ou à stabiliser la parodontite.

  • Une hygiène bucco-dentaire irréprochable avec un brossage deux fois par jour et l’usage de fil dentaire ou de brossettes interdentaires.
  • Un détartrage semestriel ou annuel : ce traitement indolore prévient la gingivite. Il permet d’éliminer le tartre à l’aide d’instruments à ultrason ou mécaniques.
  • Le surfaçage radiculaire : Il s’agit d’un traitement plus radical qui se fait sous anesthésie locale. Il consiste à décoller la gencive pour réaliser une désinfection mécanique sur la surface de la racine (la partie sous gingivale de la surface radiculaire).

La chirurgie

La chirurgie n’est à pratiquer qu’en dernier recours, car c’est un traitement invasif qui se déroule sous anesthésie générale et dans un bloc opératoire. La technique utilisée va dépendre des lésions à traiter :

  • La technique du lambeau d’assainissement qui consiste à décoller la gencive de la dent pour avoir accès à la racine de la dent. Le dentiste chirurgien peut donc polir la dent et assainir l’environnement de la dent.
  • La technique de la régénération tissulaire guidée qui consiste à insérer une membrane (résorbable ou non) entre la gencive et la dent pour permettre à un nouveau tissu sain de se régénérer dans l’espace créée par la membrane.
  • La technique du comblement osseux concerne les cas les plus graves lorsque l’infection touche l’os de la mâchoire. On peut alors le remplacer par un matériau synthétique compatible.